Retour vers le passé : La Vengeance de Fu Manchu (1967)

 

REALISATEUR

Jeremy Summers

SCENARISTE

Harry Alan Towers

DISTRIBUTION

Christopher Lee, Douglas Wilner, Howard Marion-Crawford, Tsai Chin, Horst Frank, Maria Rohm…

INFOS

Long métrage britannique/ouest-allemand/hong-kongais/irlandais
Genre : action/suspense
Titre original : The Vengeance of Fu Manchu
Année de production : 1967

Pour sortir un peu de la routine qui s’était installée (mais qui ne tardera pas à reprendre), le scénariste et producteur Harry Alan Towers oublie un temps les sempiternels plans de conquête mondiale de Fu Manchu. Dans La Vengeance de Fu Manchu, le machiavélique génie du mal n’est obsédé que par une chose (c’est facile à deviner, tout est dans le titre) : se venger de celui qui n’arrête pas de lui mettre des bâtons dans les roues, l’inspecteur Denis Nayland Smith, à nouveau incarné par l’ex-Sherlock Holmes Douglas Wilner.

L’autre intrigue devient alors presque secondaire : les gangs criminels du monde entier veulent s’organiser sous le commandement d’un seul homme…et ils ont choisi Fu Manchu pour être ce leader. Horst Frank, prolifique acteur allemand vu dans de nombreuses séries B dans les années 60 /70 (il est également apparu dans Les Tontons Flingueurs), joue l’impitoyable Rudolph Moss, l’envoyé des organisations criminelles. Un rôle sous-exploité dans une suite de scènes qui n’apportent pas grand chose à un ensemble qui s’étire mollement…

 

 

Il y a quelques bonnes idées dans La Vengeance de Fu Manchu, encore une fois principalement des péripéties de serial, délirantes dans le fond (le plan de Fu Manchu pour discréditer Nayland Smith), mais pas assez dans la forme (malgré les possibilités offertes par la situation, la façon dont celle-ci est développée dans le scénario tombe singulièrement à plat).

Parce qu’il pensait avoir fait le tour de la question, le réalisateur Don Sharp n’a pas rempilé pour ce troisième film et il a été remplacé par Jeremy Summers, un metteur en scène qui a principalement travaillé pour le petit écran (on lui doit notamment des épisodes du Saint et de Poigne de fer et Séduction), pour un résultat qui manque de saveur.
Les décors sont tout de même un peu plus variés, ce qui offre une pincée d’exotisme supplémentaire pour compenser l’aspect cheap des décors de studios.

 

 

Dans son interprétation de Fu Manchu, Christopher Lee se montre de plus en plus distant. On n’en était pas encore au minimum syndical des deux derniers volets signés Jess Franco…et cette froideur sied bien au personnage…mais l’interprète de Dracula n’était plus là, comme il l’a fait remarqué ultérieurement, que pour honorer son contrat et la possibilité d’un séjour tout frais payés avec sa famille à Hong Kong, Rio ou Istanbul le temps du tournage.

Selon le modèle établi depuis Le Masque de Fu ManchuLa Vengeance de Fu Manchu se termine par une grosse explosion et la voix du maléfique Docteur qui s’élève. “Le Monde entendra encore parler de Fu Manchu”…et vu les deux dernières catastrophiques entrées de cette série, c’est une promesse qu’il aurait mieux fait de ne pas tenir…

Partagez cette news :

par Le Doc

Contenu associé

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

0 commentaire