Retour vers le passé : Superman 3 (1983)

 

REALISATEUR

Richard Lester

SCENARISTES

David & Leslie Newman

DISTRIBUTION

Christopher Reeve, Richard Pryor, Annette O’Toole, Robert Vaughn, Jackie Cooper, Marc McClure, Annie Ross, Pamela Stephenson, Margot Kidder…

INFOS

Long métrage américain/britannique
Genre : aventures/science-fiction
Année de production : 1983

À l’origine, le premier traitement du scénario de Superman III, écrit par le producteur Ilya Salkind, incluait trois personnages des comic-books, Brainiac, Mr Mxyzptlk et Supergirl. La première apparition de Supergirl devait d’ailleurs préparer le film dérivé de l’héroïne. Ce pitch a finalement été rejeté par la Warner (mais la cousine de Superman a tout de même fait ses débuts sur grand écran en 1984). Et à la place des deux super-vilains, l’Homme d’Acier a finalement affronté…un simili Donald Trump et son super-ordinateur !

La controverse autour du renvoi de Richard Donner (voir Superman I & Superman II) n’a pas facilité les relations entre les producteurs et les têtes d’affiche de la saga cinématographique. Margot Kidder a exprimé publiquement son mécontentement et dans ce troisième volet, le rôle de Lois Lane a été réduit puisqu’elle ne fait que passer, au début et à la fin du film.
Comme souvent dans ces cas-là, il y a deux sons de cloche : l’actrice pense qu’elle a en quelque sorte “payé” d’avoir défendu Richard Donner et critiqué les Salkind et Richard Lester. D’après Ilya Salkind, écarter Lois et faire de Lana Lang (incarnée par Annette O’Toole, la future Martha Kent de la série TV Smallville) le nouvel “intérêt amoureux” de Clark Kent était un choix scénaristique motivé par la décision de poursuivre une autre direction que celle engagée dans les deux premiers Superman.

 

 

Christopher Reeve a hésité avant de reprendre le rôle qui a fait sa renommée. À un tel point qu’il se dit que les Salkind ont failli faire de Tony Danza (Madame est servie) leur nouveau Superman. Christopher Reeve a accepté de revenir sous la condition que des modifications soient apportées au script. Mais il ne s’est jamais bien entendu avec le réalisateur Richard Lester, qu’il trouvait beaucoup trop obnubilé par la recherche du gag. Ce qui se vérifie dès la séquence générique…
Dans Superman III, pas de musique épique et de lettres qui se détachent sur un ciel étoilé. Les crédits déroulent sur une suite de gags slapsticks un peu trop longue pour son propre bien.

Le ton comique du film est amplifié par le casting de Richard Pryor (Car WashTransamerica Express…) dans le rôle de Gus Gorman, un informaticien de génie manipulé par Ross Webster (campé par Robert Vaughn), homme d’affaires multimilliardaire qui veut dominer le monde. Malgré l’abattage de Richard Pryor (qui a déclaré dans son autobiographie n’avoir accepté de jouer dans Superman III que parce qu’il était généreusement payé), l’humour est très inégal et passe du sympathique (plus de sourires que de rires tout de même) au navrant en quelques minutes.

 

 

L’un des plans de Ross Webster pour se débarrasser de Superman consiste à tuer le héros avec une kryptonite de synthèse. Suite à une bourde de Gus, le minerai transforme en fait l’Homme d’Acier en un être corrompu et destructeur (ce qui rappelle les effets de la kryptonite rouge). Christopher Reeve est absolument excellent en version dépravée de Superman et après avoir rapidement épuisé le potentiel comique de la situation (le fameux gag de la Tour de Pise), le récit prend un aspect un peu plus sombre.

Après une “super-crise de nerfs”, les deux personnalités de Superman se divisent : d’un côté, l’immoral Superman; de l’autre, le gentil Clark Kent. Le combat qui prend place dans la décharge reste pour moi la meilleure scène du long métrage, avec une bonne montée en puissance et une intensité qui manque au dernier acte avec le super-ordinateur.

 

 

Descendu par la critique, Superman III fut une déception au box-office, avec 80 millions de dollars de recettes au box-office mondial pour un budget d’environ 40 millions. Les Salkind ont alors décidé de se concentrer sur un film Supergirl, pour “rafraîchir” la franchise en quelque sorte…mais le succès ne fut une nouvelle fois pas au rendez-vous.

Quant à Superman, le pire était encore à venir…

Partagez cette news :

par Le Doc

Contenu associé

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

0 commentaire