Deuxième avis : Thor - Ragnarok

We come from the land of the ice and snow
From the midnight sun, where the hot springs flow
The hammer of the gods
W'ell drive our ships to new lands
To fight the horde, and sing and cry
Valhalla, I am coming!



Je l'ai souvent répété sur le forum, j'aime le Marvel Cinematique Universe. Depuis presque 10 ans (un dixième anniversaire qui sera fêté l'année prochaine) et maintenant 17 films, Kevin Feige et ses troupes ont façonné un univers cohérent et divertissant, véritable Terre Parallèle qui a même sa propre désignation dans le Multivers Marvel. Beaucoup de choses ont été dites sur les films Marvel, des critiques portant notamment sur leur uniformité, leur problème de vilains et même leur humour. Sur certains points, je suis assez d'accord (il n'y a pas beaucoup de méchants mémorables), mais pas sur l'humour...jamais. Pour moi, amener de la légèreté, notamment dans les dialogues, ne désamorce pas l'impact des situations quand les choses deviennent vraiment sérieuses. C'est le cas par exemple dans Avengers : L'Ere d'Ultron que j'ai revu récemment et dans les deux Gardiens de la Galaxie qui dosent parfaitement ces éléments. 

J'aime le MCU, tout en reconnaissant qu'il a connu des périodes plus faibles...et les deux premiers films Thor en font partie. Malgré leurs défauts, je les apprécie, il y a tout plein de bons moments dans ces deux propositions, mais si je devais faire un classement (ce que je ne ferai pas, je n'aime pas les classements), ils ne figureraient pas en haut de la liste, déjà virtuellement occupée par les Captain America et les Gardiens de la Galaxie. Pour le troisième volet, les puissances supérieures ont donc décidé de secouer le cocotier, de repartir sur une nouvelle dynamique, de faire quasiment un reboot de la saga, autant sur le ton que sur l'identité visuelle.

 

 

C'est là qu'intervient le réalisateur et acteur néo-zélandais Taika Waititi, qui succède à Kenneth Branagh et Alan Taylor. Thor : Ragnarok est le premier blockbuster de Taika Waititi, après des films indépendants comme le très bon (et très drôle) mockumentaire Vampires en toute intimité et la comédie dramatique Hunt for the Wilderpeople. Dès son arrivée sur le projet, le metteur en scène a bien signifié son intention d'imprimer sa propre identité à une franchise qui en manquait tout de même un peu (beaucoup). Une note d'intention adoubée par Chris Hemsworth qui n'a cessé de dire qu'il commençait à se sentir un peu limité par le rôle. Waititi a amené des références comme le Flash Gordon de Mike Hodges et Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin de John Carpenter lors de la présentation de son projet. Des influences qui permettaient justement à Chris Hemsworth de jouer sur un autre registre et un potentiel comique encore inexploité dans les films Marvel (et il sait être drôle, voir ses rôles dans Vive les vacances et le dernier S.O.S. Fantômes).

Et franchement, je l'ai trouvé savoureux, ce Thor qui se libère de son carcan. Et je trouve que cela fonctionne, même s'il n'est pas Spider-Man. Dans l'excellente scène d'ouverture, il se sert de l'humour pour montrer que son adversaire ne l'impressionne pas et comme diversion avant un premier combat qui claque bien comme il faut. Il y a déjà une évolution par rapport au Thor de 2011 car c'est un aspect que Taika Waititi maîtrise mieux que Kenneth Branagh (et il le montre encore par la suite avec plusieurs affrontements impressionnants). Pendant le tournage, l'humour du film est beaucoup passé par l'improvisation, ce qui a favorisé des échanges très naturels, et l'emploi de gags slapstick qui a provoqué chez moi des grands éclats de rire...mais sans prendre le personnage principal pour un gros bouffon. Oui, le gag du ballon (pour ne prendre qu'un exemple) est peut-être très con, mais il m'a bien fait marrer (et c'est le genre de choses qui aurait très bien peu arriver à Jack Burton) et il est suivi par une autre scène très dynamique. Les péripéties s'enchaînent et le rythme est très bon.

 

 

Avec tout ça, on pourrait penser que Thor : Ragnarok n'est qu'une comédie et c'est ainsi que pas mal de critiques l'ont un peu trop rapidement résumé. Thor : Ragnarok est une rencontre entre un film d'aventures fantastique et un film de S.F. avec des éléments comiques, nuance. Les touches humoristiques sont plus présentes pendant les scènes qui se déroulent sur la planète Sakaar, avec un ton qui se rapproche plus d'un buddy-movie. Stylistiquement, Sakaar est une véritable lettre d'amour à Jack Kirby et la palette de couleurs qui explose dans tous les coins de l'écran exprime idéalement la flamboyance du Grand Maître incarné par le génial Jeff Goldblum. Les personnages sont très bien développés et chacun a l'occasion de briller, de la badass Valkyrie à Korg en passant bien entendu par Hulk/Bruce Banner (Mark Ruffalo se régale visiblement en amenant une nouvelle dynamique à son double rôle). 

En parallèle, Héla, la Déesse de la Mort, incarnée par une magnifique Cate Blanchett (qui a réussi à échapper à la malédiction des vilains du MCU), est venue répandre le chaos en Asgard. Pendant tout le métrage, on passe de Sakaar à la Demeure des Dieux, d'une tonalité à l'autre et c'est là encore l'une des forces de Ragnarok et c'est très bien géré par Waititi. Ce qui se passe au début du récit exprime bien le désir du réalisateur de renouveler la série, même si cela signifie que certains personnages secondaires n'ont pas eu le sort qu'ils méritent. Mais si les 3 Guerriers sont rapidement expédiés, Heimdall (Idris Elba) trouve là un rôle très intéressant par rapport à sa fonction limitée des deux autres opus. Nouvel apport de la distribution, Karl Urban fait très bien passer les différentes facettes de son Skurge, aux silences qui en disent long avant un final épique et dévastateur qui fait honneur au titre.

 

 

Si Taika Waititi a voulu faire son propre film sans trop tenir compte de ce qui a précédé, Thor : Ragnarok ne tire pas totalement (et c'est bien normal) un trait sur les événements des deux premiers Thor. La récapitulation d'une scène-clé du Monde des Ténèbres se fait ainsi par l'intermédiaire d'une pièce de théâtre qui inclut des croustillants caméos et la relation familiale entre Thor, Loki et Odin a évolué de fort belle façon. Anthony Hopkins est plus en retenue et le duo Chris Hemsworth et Tom Hiddleston est toujours aussi complémentaire...et les deux compères partagent de très chouettes échanges. 

Bref vous l'aurez compris, j'ai encore passé un excellent moment avec ce Thor : Ragnarok qui a su emmener ce coin du Marvel Cinematique Universe vers d'autres rivages après deux premiers épisodes sympathiques mais pas vraiment mémorables. Je ne concluerai pas ce billet en mettant une note, mais vous aurez compris que pour moi le spectacle proposé vaut plus que le 3/10 de Blackiruah.

We come from the land of the ice and snow
From the midnight sun where the hot springs flow
How soft your fields so green
Can whisper tales of gore
Of how we calmed the tides of war
We are your overlords

Partagez cette news :

par Le Doc

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

1 commentaire

Avatar de Blackiruah

Hérétique ;-)