• Critique Suneung par

    Bien plus qu’un simple thriller pour adolescents, ce film coréen a l’étoffe d’un chef d’œuvre.

    Abordant l’élitisme scolaire (question plus que primordiale en Corée) avec finesse, précision et puissance, la cinéaste décrit les luttes intestines dans un lycée de Séoul. Tout est bon pour obtenir les meilleurs résultats aux examens et hors de question le peloton de tête des 10 élèves les plus brillants (qui eux-seuls pourront intégrer une université prestigieuse). L’idée de la compétition à un tel niveau est originale et offre une vision assez crue et pessimiste du système scolaire là-bas où les jeunes sont poussés à bout.

    Le casting est superbe. En duo principal, les jeunes Lee Da Wit et Sung Joon. Le second, un premier de classe pragmatique et très intelligent, le premier, un bon élève un peu rêveur, passionné d’astronomie. Chacun à sa manière maitrise parfaitement son rôle et réussit à créer un personnage aussi mignon qu’attachant et ce malgré leurs multiples défauts. Rajoutons la très jalouse Sun Joo A en brillante élève refusant l’échec et une dizaine de rôles secondaires tous plus complexes les uns que les autres et nous voilà conquis.

    La mise en scène débute par les prémices du drame à venir et est ponctué de longs flash-backs expliquant les raisons qui ont poussés les personnages à agir de la sorte. On est surpris, étonné, dégouté, révolté à chaque fois qu’un peu de l’intrigue est dévoilé. De manière magistrale, les protagonistes évoluent sans qu’on ait pu soupçonner la moindre de leurs actions. Le paradoxe c’est que les « bad guys » ici sont les meilleurs élèves qui se plongent corps et âme dans leurs études. But louable certes mais qui ne nécessite pas les horreurs commises. On se demande comment psychologiquement on peut arriver à de telles ignominies lorsqu’on a à peine 18 ans.

    Entre enquête policière, thriller sombre, drame sociétale, on est emporté dans le flot d’action, de retournements de situations et complétement soufflé par une fin aussi spectaculaire qu’ingénieuse.

    9

    Kazuyuki Asai - 08 avril 2014

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Suneung ?
Ecrire une critique